LES ÉCHOS


Ce que les propriétaires et les locataires disent…

Propriétaires

Contrairement au marché de Québec dont la reprise des activités immobilières se poursuit depuis le début de mai, la plupart des propriétaires de la région métropolitaine de Montréal ont remarqué une augmentation de l’activité depuis la première semaine de juin (hausse des demandes de visites et soumission de prix pour des espaces vacants). On se souvient que le déconfinement à Montréal avait été repoussé au 25 mai.

Les propriétaires sont toujours à finaliser la réentrée au travail et les mesures hygiéniques afférentes. Les propriétaires devraient soumettre des guides à leurs locataires incluant diverses politiques pour le nombre de personnes par ascenseur (généralement deux personnes au maximum), l’utilisation des toilettes, la distanciation entre personnes, le port de masques dans les aires communes, l’utilisation obligatoire des distributeurs de désinfectant, etc.

Lors de nos conversations avec les bailleurs, ceux-ci nous indiquent que les locataires de plus petite envergure vont subir des pertes et ils appréhendent le creux de cette vague vers la fin de 2020. Nombreux propriétaires étudient la récente modification à la subvention des loyers commerciaux AUCLC et leur approche avec les locataires en défaut de paiement de loyer.

Locataires

Malgré la tourmente, certaines transactions de bureaux sont actives et ceci est généralement dû à une combinaison de facteurs, soit : besoin immédiat ou à moyen terme à combler, date d’échéance du bail existant rapprochée, ouverture d’un bureau-satellite à l’extérieur du centre-ville, transaction en cours pré-Covid , etc.

Certain locataires sont actuellement dans un processus de révision de leurs besoins d’espaces. Ils sont confrontés à de grands questionnements reliés à l’opportunité du télétravail sur leurs opérations et à l’impact de la COVID sur leurs prévisions de croissance. Comment aménager ces nouveaux espaces pour la nouvelle réalité? Comment s’assurer de garder la culture de l’entreprise? Il est difficile de prévoir l’effet que ces questionnements auront sur la demande d’espaces de bureaux, certains prendront de la croissance, d’autres vont opter pour moins d’espace dépendamment des approches choisies et de la résilience.

Pour beaucoup d’entreprises, la réintégration au bureau est repoussée à l’automne. Dans d’autres cas, le retour au travail se fait d’une façon graduelle et progressive avec un nombre de personnes limité et en rotation. La majorité des entreprises ont déjà pris les mesures nécessaires pour le retour au travail avec des politiques internes ou par des recommandations gouvernementales. Pour plusieurs, les inquiétudes persistent quant au moyen de transport jusqu’au bureau et la proximité de leurs employés.